OPPORTUNITÉS PRÉ-OUVERTURE

FB_IMG_1490105990310

La plupart des espèces dont la pêche hivernale est permise au Québec ne pourront plus être pêchées après le 31 mars. Alors que la saison de montage tire à sa fin pour plusieurs moucheurs québécois, la tension se fait sentir sur les réseaux sociaux.

Voici quelques opportunités de pêche pour calmer les personnalités les plus abruptes…

1- Le poisson castor: Cette espèce méconnue des moucheurs est pourtant l’une des plus sportives du Québec! Le poisson castor est un féroce combattant, il attaque agressivement et mettra votre équipement à l’épreuve. Comme il n’est pas comestible et que sa pêche est peu populaire, il ne fait pas l’objet de saisons définies. Vous pourrez donc le pêcher avec des streamers en #2 ou plus pendant la crue printanière. Cherchez le près des arbres submergés et dans les baies peu profondes où l’eau se réchauffe rapidement. La rivière Richelieu est un lieu de prédilection pour trouver l’Amia Calva, seul représentant encore vivant des amiiformes.

FB_IMG_1490105898352

 

2- La carpe: La pêche à la carpe fait de plus en plus d’adeptes au Québec. D’ailleurs, plusieurs associations de pêcheurs, telle l’association des carpistes du Québec, ont vu le jour dans les dernières années et militent pour une réglementation entourant ce poisson. En attendant, il est possible de pêcher la carpe à l’année! C’est un poisson peu agressif, mais si vous êtes patient et que vous savez déposer une mouche délicatement, vous pourriez vivre l’un des combats les plus intenses de votre vie si vous accrochez un gros spécimen! La carpe que l’on retrouve au Québec est la cyprinus carpio, aussi connue sous le nom de carpe allemande, et peut dépasser les 50lbs lorsque mature. On la pêche au printemps dans les baies peu profondes, à vue, en utilisant de petites mouches déposées sur le fond, comme des wooly buggers, des nymphes ou des mouches de type carp candy. Certains moucheurs aiment aussi les taquiner à la sèche.

Screenshot_20170321-102132

 

3- Les salmonidés américains: Plusieurs rivières de nos voisins du Sud offrent des opportunités de pêche à l’année en « catch and release ». L’état de New-York est sans-doute la destination la plus populaire des habitants de la grande région de Montréal. La région des Adirondacks est d’ailleurs l’une des meilleures destinations pour la pêche aux salmonidés à proximité de Montréal. Les rivières y sont abondamment ensemencées et on y retrouve diverses espèces comme la truite arc-en-ciel (onchorynchus mykiss), la truite brune (salmo trutta) et la ouananiche (salmo salar dans sa forme potamodrome). Le permis new-yorkais peut-être acheté en ligne à la journée,à la semaine ou à l’année sur le site du DEC New-York. Les rivières les plus connues des moucheurs québécois sont définitivement la Salmon, la Ausable et la Saranac. À cette période de l’année, la pêche à la nymphe est à privilégier, mais certains spécimens plus agressifs ne refuseront pas l’attrait d’un gros streamer bien présenté.

FB_IMG_1490106000651

Ce petit guide ne prétend pas vous offrir toutes les solutions au blues de pré-saison, mais il pourrait rappeler à certains qu’il existe d’autres opportunités de pêche que celles qui font habituellement partie de nos routines saisonnières… Et apaiser la grogne des plus impatients.

 

Bonne pêche!

 

Guillaume Morin

Mouche Café

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s