HISTOIRE DE MOUCHE: LA ADAMS

Lorsque j’ai appris à pêcher à la mouche, mon coffre n’était composé que de quelques sèches et noyées achetées en ensemble chez feu Le Baron Sport sur la rue Saint-Laurent à Montréal. Parmi les patrons réputés comme la Dark Montréal, la March Brown, la Royal Coachman et les différentes Wulffs se trouvait une mouche sèche à la parure toute simple: la Adams.

Adams parachute. Montage par Benoît Farcy

Ce patron, dont de multiples variantes sont aujourd’hui répandues, était fabriqué à l’origine avec une queue en faisan doré et un corps en laine. Aujourd’hui, on la retrouve souvent avec une queue en barbes de plume de coq bruns et grizzly et un corps en poil de rat musqué. La version parachute de la mouche est aussi très populaire, sans compter sa version « irrésistible » avec un corps en chevreuil tourné et taillé.

Montage par Benoît Deslandes

Inventée à l’été de 1922 par Leonard Halladay, un monteur de mouche réputé du Michigan, elle reçoit son nom en l’honneur de Charles F. Adams, un client du créateur. D’abord utilisée sur la rivière Boardman dans la municipalité de Traverse où elle capture son premier poisson, la mouche devient rapidement une incontournable reconnue pour déjouer les grosses truites.

Guide de chasse et de pêche, Halladay dirige ses affaires de l’Hôtel portant son nom. Il débute le montage de mouches vers 1917 et devient vite une référence dans la région. Père de six enfants, il transmet ses connaissances à sa famille et leur apprend à pêcher à la mouche. Son petit fils, John Falk, est d’ailleurs responsable de la consignation du patron original que son grand-père lui a appris à monter autour de 1940 que nous vous transmettons ici. Fait intéressant, Halladay montait ses patrons sans porte bobine et s’afférait à faire des noeuds de demi clé après l’installation de chaque matériaux pour conserver la tension du fil.

Montage par Guillaume Morin

À l’origine, cette mouche a été conçue pour la truite mouchetée et l’ombre arctique que l’on retrouvait naturellement dans les bassins versants de la Boardman et de plusieurs autres rivières du Michigan, mais elle a aussi fait ses preuves sur d’autres espèces de salmonidés, et même sur les achigans.

Parure selon Dike Smedley et John Falk

Hameçon: sèche 12 à 18 (jusqu’à 28 dans certains ouvrages)

Queue: deux barbes de plume de cou de faisan doré

Corps: laine grise

Collerettes: une plume de cou de coq brun et une plume de cou de coq grizzly

Ailes: pointe de plume de cou de coq grizzly légèrement couchée vers l’avant.

Mouche Café

Remerciement spécial à l’équipe de Caudale pour les montages.

Références

https://www.fabri-mouches.ca/mouches-seches-adams.html

troutster.com/flies/dry-flies/adams/

http://hatchesmagazine.com/blogs/Hatches/2010/04/19/the-adams-history-revisited-by-tom-deschaine/

Cliquer pour accéder à TAFF-2016-Fall.pdf

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s